Olive & Thome…..Dégustent! #Part3

img_9212img_9215

Helloooo!!!

Ce Jeudi 17 Novembre 2016, la France et le Monde célébraient l’arrivée du Beaujolais Nouveau. Comme chaque année à pareille époque.Traditionalistes, pourfendeurs du divin breuvage, inconditionnels du jus frais de la treille, béotiens patentés, antis et pros des vins nouveaux ne sont jamais à court d’arguments pour motiver leurs positions. Qu’importe! Les producteurs, conscients d’un certain déficit d’image car trop « marketé », glissent doucement de la fête du Beaujolais Nouveau vers la reconnaissance des Beaujolais Nouveaux, avec les dix crus dans le viseur, en référence qualitative.

Loin de ces débats sérieux agitant la glouglousphère, Olive & Thome…. Dégustent! se retrouvaient pour célébrer, eux, leur troisième séance de dégustation de vin.

Les fidèles sont au rendez-vous, des nouveaux, curieux et attentifs les rejoignent, un groupe se dessine dans une ambiance à la fois studieuse et décontractée. La méthodologie de la technique de dégustation est toujours abordée (phases visuelle, olfactive et gustative) alternativement par Olive et Thome. Des gestes à acquérir avec le temps, qui in fine, devront devenir naturels.

Pour illustrer le rôle déterminant de la mémoire dans l’apprentissage de la dégustation de vin, Olive et Thome avaient opté pour des vins blancs de mono-cépage (une seule variété de raisin) dont un Sauvignon, un Viognier et un Chardonnay afin de bien différencier les arômes dominants les uns des autres.

La traditionnelle pause « quizz » permettait à l’assemblée de retrouver ses esprits.

Pour les rouges, saisonnalité oblige, le Gamay 2016 fut à l’honneur et en primeur, mais sur deux terroirs différents, la Touraine et le Beaujolais, là encore pour évaluer les écarts d’expression liés à la nature des terroirs. Ce fut assez clair pour tout le monde.

Le final revint au Bordelais sur un assemblage de Merlot dominant et Cabernet-Sauvignon, afin de mettre toutes les papilles d’accord.

Le Maître mot de cette soirée et certainement de celles à venir fut la mémoire, sans laquelle l’activité de dégustation et son analyse motivée reste impossible.

Assiettes de charcuteries et fromages de chèvre de Valençay très joliment dressées par Anne-Laure, laissaient place à cette convivialité faite d’échanges, d’éclats de rire et de bonne humeur, marqueurs de l’état d’esprit impulsé par Olive & Thome.

Le temps de quelques communications concernant les prochains événements du club, dont le lancement de celui de Valençay au Château le 14 Décembre, et chacun pris congé, assuré d’avoir passé une instructive et agréable soirée.

Merci à toutes et tous de votre fidélité, de votre confiance et de votre bonne humeur!

A très vite pour d’autres dégustes!

Olive & Thome

 

assiettes-charcutfromages

 

 

 

Publicités

Saveurs d’automne.

Amis du #roadwinetrip, bonjour!
quel bel automne ensoleillé nous avons. un weekend de Toussaint avec des températures aussi radieuses, c’est un pur bonheur.
Pourtant il ne faut pas oublier ces bons petits plats de saison. Et aujourd’hui, pour accompagner le vin que vous avez déjà découvert avec moi (#vinovalie) le Tarani rouge, je vous ai cuisiné un plat bien de chez nous… Un rôti de porc aux petits légumes et champignons.
prenez un rôti de porc, dorez le dans une marmite avec du beurre, et ensuite, réservez. coupez en fines lamelles un bel oignon, faites le fondre doucement dans le beurre qui a servi à dorer le rôti. Durant ce temps, préparez un bouillon de légume, jetez y thym, laurier, ail, baies roses, poivre, sel de céleri, deux clous de girofle et laissez bouillir. on revient à notre marmite… Vous saupoudrez votre oignon de farine, en remuant très vite, arrosez avec le bouillon, en laissant les ingrédients que vous y avez ajoutés. Plongez le rôti de porc. Réduisez le feu, et commencez à faire mijoter.
Epluchez quelques carottes, coupez les en rondelles, placez dans la marmite. Préparez quelques pommes de terre, pour qu’elles soient mi-cuites. Après environ 25mn de mijotage du porc dans le bouillon, ajoutez vos pommes de terre. et laissez mijoter de nouveau 15mn.
Si la sauce est un peu liquide, préparez vos champignons, en les enduisant de farine, plongez les dans la sauce et remuez. Nous avons cuisiné avec des « Trompettes de la Mort » (de saison). Enfin, arrêtez la cuisson…
Dans une casserole, à part, versez deux grosses cuillères de crème fraîche. Laissez fondre à feu doux. incorporez votre sauce de cuisson du rôti, avec les champignons et les petits morceaux d’oignon. Fouettez pour que les sauces se mélangent bien.
Laissez mijoter, juste le temps de trancher le rôti.
Servez le rôti, accompagné de carottes et de pommes de terre, nappez de la sauce crémeuse, et dégustez… Vous découvrirez des arômes subtils et fondants de légumes et d’épices. Les légumes sont aussi moelleux que le rôti. la sauce relevée du goût des champignons va totalement s’accorder avec le côté fruité, croquant, gourmand du Tarani…
Bon appétit, et dites m’en des nouvelles, après avoir tenté la recette… N’hésitez pas à me solliciter, si vous souhaitez plus d’informations…
#menubymenu, une idée de plus….
Bonne fête de la Toussaint, et à bientôt, au détour d’une vigne, d’une cuisine, d’une table, ou d’un verre….

Pascal, RoadWineTriper

L’image contient peut-être : boisson et nourriture

Une belle histoire avec un beau Reuilly.

Nous sommes lundi matin, et comme vous en avez pris un peu l’habitude, je viens vous conter une histoire…
Amis du #roadwinetrip, qui me suivez, celle d’aujourd’hui est belle et va nous faire remonter le temps…
Tout commence autour d’un repas, d’une soirée de ce weekend. Trois générations de la gente féminine et moi-même sommes attablées. Au milieu des couverts, prône un ravissant bouquet de fleurs fraiches, cueillies du jour. La belle viande de bœuf est coupée en morceaux, prête à plonger dans un poêlon d’huile chaude. Les sauces (faites maison bien entendu) embaument. Et oui, nous sommes en Bourgogne, encore une fois. Cette belle région vinicole, construite autour du Pinot Noir, m’a alors donné une idée.. Certes, servir un grand Bourgogne sur une fondue était facile, la viande cuisinée de la sorte préserve les goûts majeurs. Mais c’était sans compter sur l’effort de chercher « le » flacon qui allait bien. Et si on découvrait un autre « Pinot Noir » ? Partons un peu plus à l’Ouest… Je me suis arrêté sur un Reuilly Rouge, pas n’importe lequel, un Domaine Chassiot, en magnum de 2003.
Mais qu’est ce donc que le Reuilly ?
Dès le Moyen âge les vins du Centre, dont Reuilly et une bonne partie des vins de Loire, étaient connus sous le nom de « vins de France ». En effet, nous savons qu’au 14ème siècle, Jean I de Berry dit Jean le Magnifique, fils du Roi de France Jean II dit le Bon, fit éditer une charte relative à la vente des vins de Reuilly. Après diverses crises, ce n’est qu’à la fin du 20ème siècle que les vins de Reuilly remonteront la pente et regagneront les tables françaises. Les vignes de Reuilly croissent sur les limites des départements de l’Indre et du Cher, sur les rives de l’Arnon et de la Théols, à une trentaine de kilomètres au sud de Vierzon. Le vignoble est planté sur des coteaux très bien exposés constitués de marnes et d’alluvions sablo-graveleuses.Je vous avais bien dit que nous remonterions le temps…
La famille Chassiot, qui exploite ce domaine depuis 5 générations, œuvre sur une parcelle de 8,5 ha. Bien entendu, ils cultivent des rouges (Pinot Noir) mais aussi des Blancs (Sauvignon). En 2003, souvenez-vous, c’était l’année de la canicule. Les raisons sont gorgés de soleil, l’eau manque, la concentration est extrême. Mais sur ce climat, protégé, la vinification traditionnelle va aboutir à un exceptionnel millésime. Vous me direz alors « mais pourquoi attendre si longtemps ?? ». Certes, Corneille, dans Le Cid fait dire à Rodrigue « aux âmes bien nées la valeur n’attend pas le nombre des années », mais je préfère penser qu’à vin bien né, les années peuvent lui apporter toute sa valeur ! Je parle bien entendu de valeur gustative, point monétaire.
Carafé à 15°, il offre une couleur rouge profond, avec des reflets brunâtres. L’âge faisant, les larmes sont épaisses, généreuses, et retombent lentement. Au nez, nous percevons une explosion de fruits rouges, bien mûrs, écrasés… un peu comme une compotée… Nous sommes loin des caractéristiques florales du Reuilly Rouge, jeune. Mais la puissance du fruit explose en bouche. C’est un festival de goûts. De la framboise, groseilles, allant vers la mûre et enfin le cassis, pour finir sur une note de réglisse… Tout y est, une pure merveille gustative. Titrant 12,5° nous recevons l’alcool comme un liant à toutes ces sensations. Voluptueux, fin, généreux, sa longueur en bouche est puissante. 12 ans de vieillissement, mais en magnum, ce qui ralentit le processus, permettent à ce vin d’exprimer tout ce qu’il avait à donner, à offrir.
Aucun regret d’avoir attendu… Ce fut un merveilleux moment de partage, de découvertes aussi, et de grande convivialité..
Un autre #roadwinetrip, dans une région chère à Vos Clés de la Cave, à Verres de Contact, et à Olive & Thom Dégustent…
A bientôt sur les routes, autour d’une table, d’un verre, d’un bon plat…

Pascal, RoadWineTriper

Ola! Olive & Thome #1 c’est d’la balle!!

2016-10-21 01.02.06.jpgles-fenalsNouvelle séance de déguste, nouveau lieu que nous découvrons, nouvelles têtes que nous recevons, au top, et une maîtresse de cérémonie, Anne-Laure, toute en maîtrise et décontraction naturelle, pour nous faire vivre une belle soirée de découvertes œnologiques.

Fi des discours de cérémonie pour entrer direct dans l’objet de la soirée. Applicatifs de la méthodologie de la technique de dégustation encore et toujours, et au petit bonheur, le jeu de la découverte du vin dégusté à l’aveugle. Examen visuel, limpidité, intensité et couleur  de la robe, viscosité des jambes ou larmes du vin.

Examen olfactif, 1er et second nez, par petites inspirations successives, évaluation de l’écart entre les deux phases, puis examen gustatif. Premières sensations, présence ou non de tanins, astringence, perception de l’acidité et recherche d’équilibre.

Enfin, jugement de la qualité d’ensemble avec tentative de localisation et d’identification du(es) cépage(s).

Anne-Laure interroge, suscite les réactions, fait parler chacun en navigant autour des tables (on a la place!!!) c’est pleinement participatif et ça c’est clairement bien!

De temps à autre, j’interviens pour fixer un point de détail, rappeler quelques notions, exprimer mon point de vue. Mais toujours après, pour ne pas influencer. C’est très agréable, l’ambiance est décontractée, le quizz plus « facile ». On sent flotter un plaisir studieux.

3 vins blancs, suivis par 3 rouges, on atteint des seuils de perceptions et la fatigue qui pointe. De quatre vins dégustés on passe à six, la tension nerveuse et la concentration s’émoussent et c’est normal.

Toujours un bon niveau d’ensemble et malgré les disparités de connaissances, toujours ce même intérêt, ce même attrait pour la chose du vin et cette convivialité qu’il génère.

Heureusement, charcuteries et fromages vont rasséréner l’assemblée, le temps de quelques annonces, notamment celle concernant la soirée de lancement du Club de Valençay, au Château, à la mi-décembre.

Olive & Thome sont bien calés sur leur rampe de lancement, riches d’enseignements à traiter, mais heureux de partager leur passion du vin.

Réservez vite votre soirée du 17 Novembre, même lieu, même heure. Et avec un peu de chance, nous serons également présents!

Merci à toutes et tous d’être là, n’oubliez pas le salon des vins de St Maure ce week-end et à très vite!!

Olive & Thome!

 

Les Ormes de Pez 2010, ça fait « tripper »!!!!

Amis followers du #roadwinetrip, bonjour!
ces derniers temps, je vous avais fait voyager dans les régions de fronton et Rabastens. Aujourd’hui, je viens vous conter une splendide dégustation, faite ce mardi soir dernier, en excellente compagnie…
Comme d’habitude, elle fut accompagnée une très belle entrecôte de Salers, poêlée, comme il se doit au beurre, poivrée, et après cuisson, saupoudrée d’une fleur de sel aux herbes… Un régal des papilles, par ce goût si persillé.
Mais revenons à ce qui vous motive le plus pour venir lire sur cette page… Le vin!
Nous avons ouvert un bijou, un vrai, Château Les Ormes de Pez 2010, Cru Bourgeois en Saint Estèphe. Souvenez vous l’originalité de ce millésime, qui a permis à ces vignerons de réaliser des concentrations et des densités remarquables!
Nous ne fûmes pas déçus! Ce vin est sans doute, à quelques espace-temps près, en période idéale de dégustation.
Une robe absolument parfaite, brillante à souhait, d’un grenat profond. Au nez, nul doute, le boisé est fondu avec des arômes de fruits rouges écrasés. une puissance aromatique vous prend les narines! Il est fin, subtil, et accroche au verre. En bouche, il s’exprime totalement. Vous trouverez dans ce vin de la volupté, des épices, de l’ampleur, une grande complexité aromatique, des tanins charnus. Sa complexité le rend tendre et soyeux, avec une acidité moyenne, mais des associations fruits/épices amples et généreuses. il est long, s’ancre dans vos papilles pour y laisser un souvenir exceptionnel.
Merci à Dom Melia pour ce moment de pur bonheur partagé.

Une petite découverte de ce beau domaine?
Commençons par l’évolution de ce Cru Bourgeois. Au milieu de la première décennie du nouveau millénaire, le petit verdot a fait sa discrète apparition dans cette cuvée, pour compléter les 3 autres cépages dont les quantités varient selon le millésime. Aujourd’hui, on peut parler d’une grosse moitié de cabernet sauvignon, un bon tiers de merlot et le reste entre le cabernet franc et le petit verdot, ce dernier ne dépassant jamais les 2%.

Les terroirs sont ceux de Saint-Estèphe, à savoir des graves caillouteuses sur un socle calcaire. Après des vendanges manuelles et une vinification bordelaise et très extractive, l’élevage se déroule dans des fûts de chêne avec une proportion de bois neuf qui varie d’un millésime à l’autre.

A bientôt les amis, pour d’autres plaisirs, il reste tant à découvrir….

Pascal, RoadWineTriper

 

Photo de Vos Clés de la Cave.
Photo de Vos Clés de la Cave.
Booster

#Vin Tarani, la suite, mais en rouge!!! #WRT #Now

Amis followers du #roadwinetrip, vous vous souvenez, hier, je vous faisais découvrir ces vins du Grand Sud, en blanc, le Tarani. Ce vin ancestral, réalisé par Vinovalie, Cave de Fronton, @vinovalie, aujourd’hui, je vais vous faire découvrir, son homologue, mais en rouge. Nous parlons du millésime 2015, toujours!
Regardez-le, de près, il est vif, rouge éclatant et brillant, avec cette corolle violette… Gracieux, au nez, vous y retrouvez cette senteur, si fraiche, subtile, fine et délicate… C’est un appel au plaisir… En bouche, il est tout aussi vif, croquant, généreux en arômes de fruits rouges (cépages cabernet et gamay), léger mais pour autant avec une longueur qui vous habille les papilles de tous ces fruits… Généreux, un délice qui se marie avec tout votre repas.
Nous l’aurons servi ce jour, avec un avocat sauce aurore, mûr à point. il s’est révélé tout de suite sur ce fruit crémeux. Mais là où la nature s’exprime, c’est sur des plats bien naturels, simples et goûteux. Une basse côte de bœuf poêlée, cuite bleue, dans un beurre mousseux, et saupoudrée de fleur de sel et de poivre gris. Une poignée de haricots, revenus à l’ail (mangez 5 fruits et légumes par jour) est venue compléter cette assiette.
Admirez la couleur de ce vin, en fin de verre! Et bien, le nez fruité persiste pour vous appeler à le re-découvrir….
Un très beau travail! Médaillé de Bronze au concours général agricole de Paris 2016, 1 * au guide Hachette, c’est à un tout petit prix que vous pouvez accéder au bonheur… (4,30€).. Le voyage valait la peine, et, à n’en pas douter, à tout bientôt, pour savourer de belles réussites….

Pascal

 

Photo de Vos Clés de la Cave.
Photo de Vos Clés de la Cave.
Photo de Vos Clés de la Cave.
Photo de Vos Clés de la Cave.
+3
Booster